Geniesserwandern

Dans mon enfance, la marche était liée à un certain ascétisme: c’était une obligation qui ne comportait guère de plaisir. Les années passant, j’ai découvert une autre manière de voir: la marche est devenue une manière de connaître ma force, un moyen de me déplacer à un rythme agréable, une source d’aventures, de découvertes et de joie.

Posément, mais sans cesse monter, gagner de l'altitude, et arriver au sommet du Gärsthorn juste au moment du lever du soleil, ... puis redescendre dans la vallée. Le paysage se transforme, l'altitude ouvre le regard sur des sommets éloignés, les odeurs changent. Je sens mes jambes me porter facilement à travers le paysage – pas vite, mais juste au rythme nécessaire pour découvrir les alentours...